Versus est contre.

 

Un contre qui ne serait pas frontal.

 

Un contre, en fonction de, par rapport à ce en face de quoi je me trouve.

 

Versus est ce regard distancié sur ce qui nous entoure, cet espace hors temps qui permet un recul.

Un temps d’homme par opposition au réagir qu’induisent notre temps et notre modèle social.

 

Versus est une opposition fonctionnelle.

 

Versus est entre, il est un point de tension.

COMPAGNIE VERSUS

MAUD LEROY

Après une classe préparatoire aux grandes écoles à Louis le Grand, Maud Leroy est  auditrice libre d’Ariane Mnouchkine à La Cartoucherie, assistante à la mise en scène de Daniel Mesguich, et suit Jacques Lassalle sur Dom Juan de Molière, pour la Comédie Française à New York.

 

Elle se forme à l’Académie Théâtrale Pierre Debauche / Théâtre du Jour et poursuit son parcours avec la Compagnie Léocadia dans le Pas-de-Calais, au sein de laquelle elle créé Lucrèce Borgia de Victor Hugo (2001/2002) et Ajax de Sophocle (2004/2005). En 2006, Maud Leroy est lauréate de la bourse Unesco-Aschberg, et part réaliser en Inde la mise en scène de Dom Juan de Molière.

 

De retour en France, la metteur en scène choisit de monter  Agamemnon  de Rodrigo García (2007/2008), produit par Culture Commune scène nationale du Pas de Calais. En 2010/ 2011 Maud Leroy joue dans L’Echange de Paul Claudel mis en scène par Pierre Debauche.

 

 

Elle bénéficie du dispositif du ministère de la culture Pas à Pas, et collabore avec La Rose des Vents, scène nationale de Lille, pour la création de son premier spectacle chorégraphique, SOUND en 2011/ 2012. Elle collabore également avec Le Grand Bleu ENPDA de Lille sur de nombreuses actions et salons de lecture, ainsi qu’une création avec sa directrice Agnès Sajaloli.

 

En 2014/2015, elle créé et interprète In Memoriam, un solo de danse, soutenu par Le Ballet du Nord. La même année elle met en scène et joue dans La Plus Forte d’August Strindberg au Théâtre du Grand Bleu ENPDA de Lille, ainsi que dans d’autres structures.

 

2015/2016 elle débute un travail sur le Dom Juan de Molière avec des adolescents en voie de professionnalisation à La Rose des Vents. 2016/2017 sera l’année de la mise en place d’un dispositif d’accompagnement pour son travail de recherche sur le langage opératique dans Don Giovanni de Mozart, et de la création d’Elvire Jouvet 40 de Brigitte Jaques-Wajeman.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES SPECTACLES

2017

Elvire Jouvet 40 / Brigitte Jaques-Wajeman

2016

La Plus forte / August Strindberg

2015

In Memoriam / Solo de danse

2012

Sound  / Création

2008

Agamemnon / Rodrigo Garcia

2005

Ajax / Sophocle

Ateliers de la compagnie

ELVIRE JOUVET 40

DOSSIER

Je reviens toujours vers Don Juan, je n’en ai pas fini avec lui, et il n’en a pas terminé non plus avec moi.

 

Pour cette création, la nécessité du récit à se dire, l’urgence des protagonistes à exister, font écho et résonnent étrangement avec le moment où nous nous trouvons pour prendre engagement face à l’existence et aux autres.

 

Tout cela se recoupe en une mise en abyme dans un espace-temps tragique qui se resserre. Elvire Jouvet 40 est une alarme au moment où Jouvet écrit, à l’instant où j’écris.

^

RETOUR

LA PLUS FORTE

Règlement de compte la nuit de Noël. Deux jeunes femmes se retrouvent : Mme X et Melle Y. L’une parle, l’autre se tait.

 

L’une est mariée et mère de deux jeunes enfants, l’autre est célibataire. X parle et va progressivement découvrir par le jeu de sa propre parole, sans être démentie par son amie Y, que celle-ci lui a tout insufflé.

 

Elle va découvrir que le vecteur de l’influence qu’Y a exercé sur elle a été son mari, dont Y a été la maîtresse.

 

Elle a vécu comme si l’esprit de son amie, ses idées, ses goûts avaient pénétré en elle à son insu.

^

RETOUR

IN MEMORIAM

In Memoriam est une danse pour les morts. Faire du bruit pour ceux qui se sont tus.

 

Avec ce solo, je continue à creuser le même sillon, celui de la mémoire qui fait la conscience de soi, conscience accrue qui fait la société meilleure.

 

In Memoriam est jusqu’à la nausée ce souvenir incessant de la précarité de la vie qui doit nous rendre tout exceptionnel. C’est aussi et surtout se rappeler de nos pères, auxquels notre mortalité nous lie, et danser pour eux.

 

« Memento mori »... Cette danse est l’expression de notre dualité, de ce frottement entre Thanatos et Eros, qui fait de l’endroit du deuil, de la perte et de la faiblesse, un endroit finalement de force et de richesse.

^

RETOUR

SOUND

Sound est donc un spectacle sur le règle et l’exception.

 

Ou plus exactement sur l’omnipotence que la règle exerce aujourd’hui sur l’exception.

 

Le système massique prévaut sur l’individu dépossédé de lui- même et de sa force collective. Pourtant l’une ne peut exister que par l’autre, et il y a nécessité à conserver ce mouvement dual de frottement entre elles deux, d’égale à égale.

 

Que dire alors, sinon dans le silence faire l’éloge de l’intériorité – de l’âme diraient certains – comme une ultime réponse à la règle.

^

RETOUR

AGAMEMNON

Rodrigo García ne trompe jamais sur la marchandise, sa pièce s’intitule Agamemnon, et ce n’est pas pour rien : il y a

2500 ans, il y avait Eschyle.

 

Dans les deux pièces, le droit, au lieu de venir du dehors apaiser les conflits et instaurer un ordre satisfaisant les individus, devient un principe d’exacerbation de la violence. Le droit est un même principe de transformation des liens intimes de la parenté en relation de haine.

 

A la violence répondra toujours une contre-violence.

^

RETOUR

CONTACT

Attachée de production

Anne Delmotte

anne.delmotte@filage.fr

Metteur en scène

Maud Leroy

cieversus@yahoo.fr